Radars et sanctions

La dégradation des radars

Vandaliser un radar est un délit. Cet acte peut mettre en danger les autres usagers de la route et coûte très cher à la collectivité.

Dégradation de radar : que dit la loi ?

Quelles sont les sanctions encourues par les auteurs de dégradations de radars ?

La dégradation de radar est un délit qui relève des articles 322-1 et article 322-2 du code pénal. Elle entraîne donc une inscription au casier judiciaire, ce qui peut fortement compliquer la vie de la personne condamnée.

  • Pour avoir affiché des autocollants, fait des graffitis, occulté ou bâché les vitres d'un radar : l'auteur des dégradations risque jusqu’à 15 000 euros d’amende et une peine d’intérêt général ;
  • Pour avoir détruit ou endommagé un radar (incendie, vol, explosion) : l'auteur des dégradations risque jusqu’à 75 000 euros d’amende et 5 ans d’emprisonnement.
  • Si l'action a été menée par un groupe de personne, ou un individu masqué, la peine est encore plus lourde : jusqu’à 100 000 euros d’amende et 7 ans d’emprisonnement.

À noter

Par sa présence 24h sur 24, le radar sauve des vies en dissuadant les usagers de commettre des excès de vitesse. La vitesse excessive ou inadaptée est responsable d'un accident mortel sur trois. La vitesse a également une incidence importante sur la gravité des accidents.

Réparation des radars

Quel est le coût de réparation d'un radar ?

Le coût de réparation d'un radar dépend de l'importance des dégradations. Aussi, il peut varier entre 500 euros pour une vitre cassée sur un radar à 200 000 euros pour le remplacement intégral d'un radar de dernière génération.

Comment sont financées les réparations des radars ?

Le financement du déploiement et de la maintenance des systèmes automatiques de contrôle et de sanction provient du produit des recettes des amendes radars.

En savoir plus sur l'utilisation des recettes radars