À partir du 19 mai, les Français pourront de nouveau se retrouver sur les terrasses des bars et restaurants, dans le respect d’un couvre-feu plus tardif… et auront sûrement envie de fêter cela. La joie de ces instants, synonymes de convivialité, ne devra pas faire oublier la nécessité d’un retour en toute sobriété sur la route. L'alcool reste aujourd'hui, avec la vitesse, l'une des deux principales causes de mortalité routière.

À travers une nouvelle campagne, la Sécurité routière se mobilise pour que les Français retrouvent, en même temps que ces bons moments, de bonnes habitudes : « Quand on tient à quelqu’un, on le retient ».

Dans un contexte sanitaire inédit, « apéro », « bar », « terrasse » sont des mots qui ont presque disparu de notre vocabulaire. Des « concepts » oubliés qui vont peu à peu réintégrer nos vies. La Sécurité routière met ainsi en parallèle ces plaisirs festifs avec la nécessité de reprendre l’habitude, le réflexe, de retenir un ami qui a bu. Cette campagne sera visible à partir du 19 mai et déclinée en digital, en radio, et en presse.

En radio

audio
Concept oublié n°1 : Le bar
audio
Concept oublié n°2 : La terrasse
audio
Concept oublié n°3 : L'apéro

En presse

visuel
Concept oublié n°1 : Le bar
visuel
Concept oublié n°2 : La terrasse
visuel
Concept oublié n°3 : L'apéro

En TV

Le chef Philippe Etchebest fait passer le message

Le chef étoilé, jury de l’émission Top Chef (M6), Philippe Etchebest, et deux candidats, Mohamed et Pierre, porteront le message « Quand on tient à quelqu’un, on le retient » à travers deux films diffusés le 19 mai.

Les chiffres clés

  • L'alcool reste aujourd'hui, avec la vitesse, l'une des deux principales causes de mortalité routière. Dans 32 % des accidents mortels, un conducteur est alcoolisé.
  • En 2019, plus de 1 050 personnes ont été tuées dans un accident avec alcool.
  • Le risque d'être responsable d'un accident mortel est multiplié par 18 chez les conducteurs alcoolisés.
  • Sur la route, l'alcool reste en cause dans près de 1 accident mortel sur 3 chez les jeunes (18-24 ans). (ONISR).