Les Pros ont du talent

Lauréats des Pros ont du Talent 2019

L'opération "Les Pros ont du talent" est un concours organisé en partenariat avec Artisans Mag, Commerce Mag et la radio RTL. Son objectif est de valoriser les meilleures pratiques innovantes d'artisans et de commerçants de moins de 25 salariés. Découvrez les lauréats 2019 de la catégorie "Sécurité routière".

La lauréate du titre

Nathalie Pychou, dirigeante d'Ovodis, société spécialisée en commercialisation de produits frais (64) 

Nathalie Pychou organise des formations à la sécurité routière à destination des 12 salariés de l'entreprise, notamment les chauffeurs-livreurs qui parcourent en moyenne 300 kilomètres par jour. Des process rigoureux de commandes, livraisons et chargements des camions sont également mis en place. Elle nous raconte ici son engagement en faveur d'une route plus sûre :

« Pour garantir la sécurité des déplacements, nous prenons en compte le facteur stress et faisons en sorte que les tournées soient parfaitement établies à l'avance, que rien ne soit déclenché en situation d'urgence. S'il est très difficile de quantifier les résultats, force est toutefois de constater que nous n'avons pas, à ce jour, relevé d'accident mineur ou majeur. Ce qui est mis en place agit comme une piqûre de rappel sur les fondamentaux des comportements à adopter en conduite automobile. Nous allons d'ailleurs intégrer à ce programme les collaborateurs sédentaires. En effet, même si seuls les trajets domicile/lieu de travail sont concernés, ces salariés vont bénéficier des bienfaits de ces sessions de formation. »

Le prix « coup de cœur » du jury

Marie-Laure Gérard, animatrice qualité sécurité environnement au sein de l'entreprise Citeos, Région Lumières (59), bureau d'études en maintenance et exploitation d'éclairages urbains

Marie-Laure Gérard a organisé en 2019 pour les 8 salariés de l'entreprise une semaine entière de prévention aux risques routiers. Elle revient ici sur l'initiative : 

« Nous avons mis en place plusieurs actions qui visent à sensibiliser nos collaborateurs au risque routier. Toute personne arrivant dans l'entreprise fait déjà une formation théorique et pratique à la conduite. Ensuite, on organise des « causeries » autour du thème Zéro accident avec des projections de vidéos « choc » pour montrer que sur la route une attitude sérieuse et responsable s'impose. Confrontés à des excès de vitesse ou à l'usage illicite du téléphone au volant, dans leur vie privée ou durant leur travail, ils sont donc conscients qu'une marge de progression existe. Or, nous avons noté, depuis le démarrage de notre projet sécurité routière, une diminution des écarts de conduite d'environ 50 %. »

Les nommé·e·s

Laetitia Buisson, PDG et directrice de l'entreprise Confiez-Nous Sud spécialisée dans les services à la personne (87)

Laetitia Buisson a dispensé à ses salariés des sessions de prévention sous forme de visionnages de courts-métrages à vertu pédagogique, le tout rémunéré comme des heures de travail. À l'issue de ces sessions, les salariés devaient répondre à des « quiz ». Après analyse des résultats de chacun, des formations sur mesure seront mises en place. Elle nous explique : 

« Dans un contexte où une partie de nos salariés passent leur journée sur la route, il me semblait indispensable de mener des actions de prévention. Après les visionnages des sessions des courts-métrages, les salariés dans leur grande majorité ont été très touchés par les images et les messages véhiculés par les témoignages et autres commentaires des forces de l'ordre. Ils ont pu juger des progrès qu'ils peuvent faire pour éviter que la route ne devienne un lieu de stress, ou pire, un drame. »

Emmanuel Castro, boulanger-pâtissier, gérant du Fournil des Albères - Maison Castro (66)

À la tête d'une société comptant 25 salariés, Emmanuel Castro discute quotidiennement avec les collaborateurs pour leur faire comprendre les dangers encourus lorsqu'ils prennent le volant. Il s'assure par ailleurs du parfait état de la flotte de véhicules. Il nous explique sa démarche : 

« En raison d'une double expérience malheureuse liée à l'usage de la route, la sensibilisation à la sécurité routière me paraît être une action naturelle. Mes collaborateurs effectuent des trajets quotidiens d'environ une heure, tous les jours, tôt le matin entre 6 et 7 heures. Ce sont ces typologies de trajets qui sont les plus accidentogènes. Or, grâce à ces discussions préventives entretenues en permanence avec eux, la route ne fait, pour le moment, aucun dégât important. Preuve en est dernièrement avec un employé qui a heurté un troupeau de sangliers. Comme il roulait doucement, les dégâts subis sont juste matériels. »