Témoignage

Témoin

Christian

Je suis accidenté(e)

Bonjour, je m'appelle Christian et j'ai eu un accident de scooter. Il s'en est fallu de peu pour que j'y laisse « ma peau », ou tout du moins une partie d'elle. C'est pourquoi j'aimerais vous raconter mon histoire et qu'avant de prendre la route, vous vous demandiez si vous êtes assez bien protégé.
 
C'est un de ces beaux matins d'été qui me donnent envie de profiter librement de Paris. Je prends mon scooter pour faire une course et comme je ne veux pas avoir trop chaud, je m'équipe au minimum : blouson léger, jean, gants et casque. Sur les quais, à l'arrière d'une voiture, des enfants me font des signes amicaux. Je suis en train de leur répondre quand tout à coup la voiture pile. Je serre les freins au maximum mais impossible d'éviter la chute. Je glisse pendant d'interminables secondes. Le scooter, lui heurte violemment le trottoir.
 
Dès que j'ai repris mes esprits, je me lève pour dégager mon scooter. Mince, tout le côté gauche est éraflé et la fourche est pliée. Mais il a l'air de pouvoir rouler. Tant mieux car mon jean est complètement déchiré. Il faut que je rentre me changer. Une fois chez moi, c'est en enlevant mon pantalon que je constate les dégâts : plusieurs brûlures aux jambes, particulièrement là où les surpiqures du jean se sont enfoncées dans ma peau pendant la glissade.
 
Il m'a fallu pas mal de soins pour venir à bout de ces blessures.
 
Les brûlures ont saigné et étaient légèrement purulentes pendant 3 semaines. Cela me faisait mal quand je marchais. Je devais traiter et protéger au mieux ces parties de mon corps qui avaient été touchées pour éviter que cela s'infecte. Cela a mis le temps car il m'a fallu tout de même près de deux mois pour que les brûlures cicatrisent complètement. Un pantalon renforcé m'aurait sans doute évité ça, seulement je ne pensais pas que ça pouvait être utile quand on roule en scooter. A moins de tenir à sa peau ? Motards, scootéristes, équipez-vous ! Testez le niveau de protection de vos équipements.