La drogue et la conduite

Les effets négatifs de la consommation de cannabis sur la conduite d'un véhicule sont encore sous-estimés voire ignorés par les automobilistes. Ils peuvent être pourtant fatals au volant : chaque année, 700 personnes sont tuées sur les routes dans un accident impliquant un conducteur ayant consommé des drogues, soit 21% de la mortalité routière.

Drogue au volant : un état incompatible avec la conduite

Augmentation du temps de réaction, diminution de l’aptitude à décider rapidement et altération de la conscience de son environnement 

En plus d’être interdite, la consommation de tous les types de drogues représente un danger réel sur la route :

  • le cannabis entraîne une somnolence, ralentit la coordination des mouvements, allonge le temps de réaction et diminue les facultés visuelles et auditives ;
  • l’ecstasy masque la sensation de fatigue et altère les capacités mentales, donne l’impression trompeuse que l’on est maître de soi et de sa conduite, et favorise un comportement irrationnel au volant ;
  • la cocaïne suscite une conduite agressive associée à des erreurs d’attention ou de jugement pouvant aller jusqu’à la perte de contrôle du véhicule ;
  • les opiacés (opium, morphine…) provoquent une baisse de l’attention, altèrent la capacité à décider rapidement et de façon adaptée, et réduisent la conscience du danger et des obstacles ;
  • le LSD, les champignons psilocybes, la mescaline font partie des drogues hallucinogènes. Leur consommation induit des troubles de la perception, des illusions délirantes, un sentiment de confusion ou d’angoisse allant parfois jusqu’à la crise de panique.

 

Le risque de se tuer ou de tuer quelqu’un 

→ La conduite sous l’emprise du cannabis multiplie par deux le risque d’être responsable d’un accident mortel.

→ Un accident mortel sur cinq implique un conducteur positif aux stupéfiants. Cette part passe à un accident sur trois, la nuit au cours des week-ends.

→ Les conducteurs contrôlés positifs aux stupéfiants dans les accidents mortels sont à 93 % des hommes et représentent 23 % des 18-24 ans et 21 % des 25-34 ans.

→ Parmi les conducteurs positifs aux stupéfiants impliqués dans un accident mortel, la moitié présente également un taux d’alcool supérieur à 0.5 g/l.

Le cocktail drogues/alcool multiplie par 29 le risque d’avoir un accident mortel.
En cause : le cumul des effets des sentiments de puissance et désinhibition, conjugués à l’amoindrissement des réflexes
Nicolas Simon, professeur de médecine spécialisé en addictologie et président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA)

Des contrôles plus fréquents

435 000 dépistages de stupéfiants ont été réalisés en 2019, 453 000 en 2020.
Un nombre en hausse de près de 30 % par rapport à 2018 et qui a vocation à doubler dans les années à venir.
Pour 2021, l'objectif est d'atteindre les 800 000 contrôles.

Lors d’un contrôle routier, les forces de l’ordre (police, gendarmerie) ont le droit d’effectuer un dépistage de consommation de drogues à titre préventif, même en l’absence d’accident ou d’infraction. En cas d’accident mortel ou corporel, ce dépistage est systématique et obligatoire.
Pratiqué sous la forme d’un test salivaire, il est capable de détecter les différents types de substances en quelques minutes : cannabis, cocaïne, opiacés, ecstasy et amphétamines.  

Le dépistage concerne tous les conducteurs, y compris les cyclistes, les trottinettistes et les accompagnateurs en conduite accompagnée.

En fonction des drogues et des modes d’usage, et grâce à une analyse salivaire ou sanguine, il est possible d’être contrôlé positif plusieurs heures, voire plusieurs jours après la prise de drogue.

Des sanctions lourdes

En cas d’analyse salivaire ou sanguine positive, après un contrôle routier, les peines encourues peuvent aller :

  • jusqu’à deux ans d'emprisonnement et 4 500 euros d'amende ;
  • jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende en cas d'accident corporel ;
  • jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende en cas d’accident mortel (10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende quand le conducteur commet une circonstance aggravante supplémentaire : stupéfiants + alcool ou stupéfiant + conduite sans permis).

6 points sont retirés du permis de conduire. Celui-ci peut également être suspendu pour une durée pouvant atteindre trois ans, voire être annulé avec interdiction d’en solliciter un nouveau pendant trois ans.

Des peines complémentaires peuvent être prononcées :

  • l'obligation d'accomplir un stage de sensibilisation à la sécurité routière ou aux dangers de l'usage de produits stupéfiants ;
  • peine de travail d'intérêt général ;
  • peine de jours-amende ;
  • interdiction de conduire certains véhicules, y compris les véhicules sans permis, pour une durée de 5 ans au plus ;
  • confiscation du véhicule.

     

En cas de récidive, certaines de ces peines complémentaires sont obligatoires comme la confiscation du véhicule si le condamné en est le propriétaire, d'autres automatiques comme l'annulation du permis de conduire avec interdiction d'en solliciter un nouveau pendant 3 ans au plus.
 

Les sanctions sont aggravées lorsque cette infraction est couplée avec une alcoolémie positive.

Drogue et conduite : la règlementation

En cas de test positif, le refus de se soumettre à la vérification entraîne les mêmes sanctions qu'une analyse sanguine ou salivaire positive.

Le contrat d’assurance remis en cause

En cas d’accident après usage de drogues, le conducteur s’expose à des sanctions de son assureur : augmentation des cotisations, résiliation de son contrat, réduction ou annulation des indemnisations.
La compagnie d’assurance indemnisera les victimes mais pourra se retourner contre le conducteur fautif pour le remboursement des sommes versées (qui peuvent se compter en millions d’euros).

Que dit le code de la route ?

La prise de stupéfiants est illégale, au volant elle peut être fatale. La conduite, ou l’accompagnement d’un élève conducteur, après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée.

Voir les règles

Le cannabis vous fait du mal, sur la route il peut être fatal

 

Les stupéfiants comme le cannabis ont des effets psychotropes qui perturbent la conduite. Mal connus du grand public et généralement minimisés par les conducteurs, ces effets ont trop souvent des conséquences fatales : chaque année, plus de 700 personnes sont tuées sur les routes dans un accident impliquant un conducteur ayant pris des drogues.

Voir la campagne

Médiathèque

  • Drogues au volant, connaissez-vous les risques

  • Vignette

    Dossiers de la route : le cannabis

  • Vignette

    C'est Pas Sorcier : les effets de l'alcool associé au cannabis

  • Vignette

    C'est Pas Sorcier : les effets du cannabis sur la conduite

Leurs témoignages

Votre témoignage peut aider les autres à changer de comportement.