Conduire la nuit

Conduire la nuit

La nuit tue plus que le jour. Le risque d’avoir un accident mortel à la tombée du jour est d’ailleurs sept fois supérieure au risque diurne et un quart des accidents mortels de nuit se produisent entre 2 et 6 heures du matin. Fatigue, somnolence et alcool associés à une vitesse plus importante, du fait de la fluidité du trafic, sont souvent à l’origine de ces accidents.

Lorsque vous prenez le volant dans la nuit, vous devez évidemment allumer vos feux

Les feux de croisement : Ils éclairent à 30 mètres minimum. Vous devez les utiliser si vous roulez sur une route éclairée ou que vous suivez ou croisez un autre usager sur une route non-éclairée, afin de ne pas l’éblouir. 

Si vous-même êtes éblouis par un conducteur qui arrive en face de vous, regardez le bord droit de la route afin d’éviter les coups de volant et, lorsque le véhicule est passé, vous pourrez replacer votre regard au centre de la voie. 

Les feux de route, ou plein phares : Ils éclairent sur 100 mètres minimum. Vous devez les utiliser lorsque vous roulez sur une route qui n’est pas éclairée et que vous êtes le seul véhicule sur les voies.

La nuit, les risques d’accident sont multipliés

Dans votre véhicule, vos perceptions visuelles sont atténuées, ainsi que le champ visuel et le sens du relief. 

Redoublez de prudence et adaptez votre conduite. 

Réduisez votre vitesse, ce qui vous permettra de mieux anticiper une situation inhabituelle, ou potentiellement dangereuse.

Anticiper et apprendre à reconnaître les signes

Fatigue et somnolence 

Si vous montrez des signes de fatigue, tels que des picotements dans les yeux, des raideurs de la nuque ou du dos, ou que vos paupières sont lourdes, différez votre départ. Si vous êtes déjà sur la route, prenez une pause d’au moins 20 minutes. 

A noter : La nuit aussi, une pause toutes les deux heures est indispensable afin d’éviter la perte de vigilance ou la somnolence. 

 
En savoir plus sur les risques liés à la fatigue au volant 
  

Alcool 

Si vous avez consommé de l’alcool, faites le test. Si vous êtes positif, attendez et différez votre départ. 

En savoir plus sur les dangers de la conduite sous l’emprise d’alcool