Jeunes conducteurs : prendre la route en toute sécurité

Conseils aux conducteurs novices

Les conducteurs novices, ceux ayant obtenu leur permis depuis moins de deux ans, représentent 23 % des accidents corporels et 21 % de la mortalité routière. Parmi eux, 59 % ont entre 18 et 24 ans. En effet, si le manque d’expérience est un facteur de risque, la jeunesse l’est aussi : les 18-24 ans représentent 8 % de la population pour16% des personnes décédées sur les routes.

Connaissez-vous les risques ?

En France, chaque semaine, 11 jeunes âgés de 18 à 24 ans meurent sur la route. Près de 5000 jeunes ont été hospitalisés en 2016 suite à un accident de la route.

Sur la route, chaque prise de liberté avec la règle, chaque comportement à risque peut mettre en péril votre vie, celle de vos passagers et celle des autres usagers de la route. Alcool, vitesse, stupéfiants, fatigue et téléphone au volant sont les principales causes d'accidents de la route chez les jeunes.

Vitesse

Règle n°1 sur les routes : respectez les limitations de vitesse !

Rappelez-vous qu'un choc à "seulement" 50km/h équivaut à une chute de 3 étages; Ou encore qu'à cette vitesse, la distance d'arrêt est de 28 mètres.

En roulant vite :

  • vous réduisez votre champ de vision ;
  • vous augmentez les risques de perte de contrôle de votre véhicule ;
  • vous vous exposez à davantage de fatigue et à la perte de vigilance ;
  • vous consommez plus de carburant.

Une vitesse excessive ou inadaptée est responsable d'un tiers des accidents mortels. Pendant les 3 premières années qui suivent l'obtention du permis, le nouveau conducteur ne doit pas dépasser 110km/h sur autoroute, 100 km/h sur routes à chaussées séparées et 80 km/h sur route. Cette durée est ramenée à 2 ans pour celles et ceux qui ont pratiqué la conduite accompagnée.

Les jeunes et la vitesse

39% des jeunes reconnaissent qu'ils leur arrivent de dépasser les limitations de vitesse contre 27% pour l'ensemble la population.

Alcool et stupéfiants

Même à faible dose, l’alcool agit directement sur le cerveau : le champ de vision rétrécit, les réflexes diminuent, la coordination des mouvements est perturbée… Afin de diminuer les facteurs de risque, le taux d’alcool pour un jeune conducteur est fixé à 0,2 g/l.

Si vous avez bu, ne prenez pas le volant, ou passez-le à une personne qui n’a pas bu. 
Refusez de monter dans le véhicule d’une personne qui a bu. Avant d’aller en soirée, n’oubliez pas de désigner votre Sam, le conducteur qui s’engage à ne pas boire et à raccompagner tout le monde.

Choisir Sam

    Campagne : « Permis probatoire - Taux d'alcool autorisé : 0.2 g/l de sang »

    Les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité et de handicap des 18-25 ans et dans 1/4 de ces accidents, une alcoolémie excessive en est la cause. Un conducteur novice a 4 fois plus de risque d'être impliqué dans un accident mortel. Les conducteurs novices sont impliqués dans 24% des accidents mortels.

    Voir la campagne

    Les jeunes, l'alcool et les stupéfiants

    1 jeune sur 5 reconnaît avoir déjà pris le volant au-dessus du seuil d'alcoolémie ou après avoir fumé du cannabis.

    Fatigue

    La fatigue et la somnolence sont des dangers bien réels sur les routes et pourtant sous-estimés.

    Signes annonciateurs : picotement des yeux, raidissement de la nuque, douleurs de dos et regard qui se fige... autant de signes qui doivent vous concaincre de vous arrêter et de vous reposer.

    Si vous n'êtes pas seul·e dans votre véhicule, et si votre passager a la permis de conduire : passez-lui le volant !

    Les jeunes et la fatigue

    La mortalité des 18-24 ans survient pour 56% la nuit contre 36% pour les plus de 24 ans.

    Téléphone

    Le risque d'accident est multiplié par 3 lors d'une conversation téléphonique et par 23 si l'on écrit un SMS au volant.

    Téléphoner en conduisant détourne obligatoirement l'attention. L'application Mode conduite, disponible sur Android, permet de répondre automatiquement aux personnes qui tentent de vous joindre lorsque vous conduisez.

    Assurez-vous toujours, lorsque vous appelez un proche, qu'il n'est pas en train de conduire. Et si c'est le cas : raccrochez !

    Les jeunes et le téléphone

    38% des 18-25 ans reconnaissent envoyer des SMS en conduisant.

    Ce que dit le code de la route

    Certaines règles du code de la route s’appliquent différemment durant les quelques années où le jeune conducteur est encore en période probatoire :

    • l'obligation du disque A ;
    • une limite d'alcool plus faible (0,2g/l dans le sang) ;
    • des limitations de vitesse plus faibles.

    Lire les règles

    Pourquoi utiliser le disque A ?

    Afin d’indiquer votre statut aux autres usagers de la route, vous devez apposer sur votre véhicule, de préférence à l’arrière, à la vue des autres conducteurs et sans que cela ne vous gène pour conduire, un disque indiquant votre statut. Il s’agit d’un cercle autocollant dans lequel figure un grand A en rouge. En cas d’absence de cette signalisation, le jeune conducteur s’expose à une contravention. 

    Afficher correctement le disque A vous permet, par exemple, de renseigner les conducteurs derrière vous qui seront sans doute plus compréhensifs si vous avez quelques difficultés à effectuer une manœuvre. Ne pas avoir quelqu’un qui s’impatiente dans votre dos permet de réduire les situations stressantes et d’éviter la précipitation.

    Comment acquérir vos 12 points ?

    Lorsque vous venez d’obtenir votre permis de conduire, vous êtes jeune conducteur et détenteur d’un permis probatoire doté de 6 points. Il ne passe à 12 qu’à l’issue des 3 ans, si aucune infraction n’a été commise. Pour les personnes ayant choisi de suivre le programme de la conduite accompagnée, cette période est réduite à deux ans.