Communiqué de presse

Un haut-fonctionnaire chargé de la sécurité routière nommé dans chaque ministère pour un État exemplaire

La sécurité routière est l’affaire de tous, à commencer par l’ensemble des agents de l’État qui se doivent d’être exemplaires.

Aussi conformément à la décision du Premier ministre, lors du dernier Comité interministériel de la sécurité routière et à la suite de la circulaire adressée à l’ensemble des membres du gouvernement, le 21 février*, la nomination d’un haut-fonctionnaire chargé de la sécurité routière s’instaure dans chaque ministère.

Ce lundi 17 juin, Emmanuel BARBE, délégué interministériel à la sécurité routière, a officiellement lancé les travaux avec les premiers haut-fonctionnaires nommés dans sept ministères (Transition écologique et solidaire, Éducation nationale et Jeunesse / Enseignement supérieur et Recherche, Justice, Finances, Santé et Affaires sociales, Armées et Intérieur) et les services du Premier ministre. À cette occasion, le délégué à la sécurité routière a souhaité faire témoigner de leur expérience, SNCF et TOTAL, qui ont totalement intégré la sécurité routière dans leur approche managériale.

Chaque haut-fonctionnaire, nommé par le secrétaire général de son ministère, est chargé :

  • d’établir un plan d’actions de sécurité routière, engageant les services de son administration à adhérer aux 7 engagements en faveur de la sécurité routière au bénéfice de leurs agents :
  1. Limiter aux cas d’urgence les conversations téléphoniques au volant.
  2. Prescrire la sobriété sur la route.
  3. Exiger le port de la ceinture de sécurité.
  4. Ne pas accepter le dépassement des vitesses autorisées.
  5. Intégrer des moments de repos dans le calcul des temps de trajet.
  6. Favoriser la formation à la sécurité routière des salariés.
  7. Encourager les conducteurs de deux-roues à mieux s’équiper
  • de mettre en place un baromètre de l’accidentalité routière au sein de son ministère, assorti d’un suivi de ce risque sur la base des données de sinistralité disponibles ;
  • de s’assurer de la bonne mise en place au sein de son ministère des directives du Premier ministre (suivi de la charte des 7 engagements, établissement du rapport annuel sur les mesures prises et les bonnes pratiques) ;
  • de veiller à la mise en place des modules « sécurité routière » au sein du programme de formation des agents de son ministère, en lien avec la direction des ressources humaines.

Sous la coordination du délégué interministériel à la sécurité routière, chaque haut-fonctionnaire chargé de la sécurité routière sera un relai et permettra de contribuer à l’animation du réseau des hauts-fonctionnaires « sécurité routière » pour un partage actif des pratiques et des outils.

Un point d’étape est programmé d’ici à la fin de l’année et permettra de rendre compte de l’avancement des travaux au Premier ministre.