Diabète, Alzheimer, handicaps locomoteurs ou auditif lourds…

Les règles qui régissent le droit de conduire des personnes atteintes de certaines pathologies évoluent, pour tenir compte de l’évolution des connaissances médicales et des innovations technologiques des véhicules.