Actualité

Déplacement dans l’Ain de la déléguée interministérielle à la sécurité routière pour évoquer la conduite des seniors

Marie Gautier-Melleray était à Saint-Denis-lès-Bourg le 7 octobre 2021 pour participer à un « partage de la route seniors ». L’évènement avait pour objectif de sensibiliser ces derniers aux risques routiers dans leurs déplacements quotidiens.

4 ateliers ont été proposés :

  •  « les dangers des angles morts », avec possibilité de s’installer au poste de conduite pour visualiser les spécificités d’un poids lourd
  •  « Remise à niveau au code de la route » 
  •  « vélo et visibilité » , avec un rappel sur l’équipement obligatoire et conseillé , les nouvelles règles de circulation en vigueur, puis la réalisation d’un parcours de maniabilité à vélo sur piste
  • « les risques en deux-roues motorisés » et l’accidentalité de cette catégorie d’usagers

Cette journée d'action était organisée par les services de l'État en charge de la prévention et de la sensibilisation aux risques routiers. Marie Gautier-Melleray a pu échanger avec le réseau déconcentré de sécurité routière et les IDSR présents et animant les ateliers.

Cette journée s’inscrivait également dans une réflexion plus large sur la mobilité des seniors :
Le vieillissement de la population est un enjeu de société majeur, en France, comme dans toute l’Europe.
Les seniors, encouragés à rester actifs, autonomes, sont plus nombreux et mobiles.

Conséquence: ils connaissent une accidentalité croissante.
Leur part dans la totalité des décès sur la route augmente depuis 2010.
Les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 20% de la population mais 26% de la totalité des décès routiers et 52% des piétons tués.

 

Aussi, la Sécurité routière mène une réflexion globale sur la mobilité des seniors.
Des travaux ont été lancés avec des scientifiques (chercheurs, médecins, sociologues, élus, professionnels de la mobilité, associations, etc.) ainsi que dans quatre départements pilotes dont l’Ain fait partie.

Des tables rondes départementales en janvier et avril 2021 ont commencé à formuler des pistes de réflexion : le maintien de la mobilité de nos aînés le plus longtemps possible, la préservation de leur sécurité ainsi que celle des autres usagers, l’accompagnement de l’arrêt de la conduite si nécessaire et la proposition de mobilités alternatives à la conduite.