Communiqué de presse

Bilan définitif de l'accidentalité routière en 2019

Après la diffusion d'un bilan provisoire le 31 janvier 2020, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a publié un bilan consolidé et définitif de l'accidentalité routière de l'année 2019.

Accidentalité routière en très légère baisse en métropole en 2019

En France métropolitaine, l'année 2019 enregistre une très légère baisse du nombre de personnes décédées par rapport à l'année 2018, année déjà marquée par le nombre de morts le plus bas de l'histoire des statistiques de la Sécurité routière. En 2019, 3 244 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine, soit 4 personnes de moins (-0,1%) qu'en 2018. Concernant les autres indicateurs de l'accidentalité en France métropolitaine, l'ONISR enregistre 70 490 personnes blessées en hausse de 0,9% par rapport à 2018 et 56 016 accidents corporels versus 55 766 en 2018 (+0,4%).

L'analyse des facteurs d'accidents confirme le rôle de la vitesse excessive ou inadaptée comme première cause des accidents mortels, l'alcool étant également encore très présent.

Évolution des données selon les réseaux routiers en France métropolitaine

L'année 2019 est marquée par une baisse significative des accidents hors agglomération, presqu'entièrement effacée par une nette augmentation en agglomération.

La mortalité sur autoroutes est en baisse de 2% en 2019 par rapport à 2018. La baisse est essentiellement liée à la baisse de la mortalité des motards (18 tués de moins). Dans le même temps, la mortalité des automobilistes et celle des piétons sont en augmentation de 9 tués chacune. Depuis 2000, la mortalité a baissé de -55% sur ce réseau.

En agglomération, la mortalité a augmenté de 8% par rapport à 2018, soit 74 tués de plus en 2019 par rapport à 2018. Cette augmentation a particulièrement touché les motards (+27 tués dont +20 tués chez les 18-24 ans) et les piétons (+22 tués dont +14 tués chez les seniors de 75 ans et plus).

Hors agglomération, la mortalité a baissé de 4% en 2019 par rapport à 2018 (- 72 tués). Cette baisse a particulièrement bénéficié aux automobilistes (-24 tués, tous âgés de 35 à 54 ans), aux motards (-20 tués dont -17 tués chez les 35-44 ans), et aux piétons (-19 tués dont -12 tués chez les 18-24 ans). Ce réseau hors agglomération hors autoroutes est constitué à 90% par les routes sur lesquelles la vitesse maximale autorisée a été abaissée à 80 km/h au 1er juillet 2018.

Des évolutions contrastées selon les types d'usagers

La mortalité des piétons affiche une hausse en 2019 de 12 tués (+3%), qui a particulièrement touché les seniors âgés de 65 ans.

La mortalité cycliste est également en hausse de 12 tués (+7% par rapport à 2018), une hausse qui touche en particulier les 55-64 ans. On dénombre également 10 tués en engin de déplacement personnel motorisé (trottinette électrique ou autre engin).

La mortalité des usagers de véhicules utilitaires est en hausse de 6 tués (+7%) dont 9 tués de plus chez les 18-24 ans.

La mortalité cyclomotoriste est presque stable avec 1 tué de plus par rapport à 2018.

La mortalité motocycliste est en baisse de 2% à 615 tués en 2019, soit -12 tués par rapport à 2018. Elle a particulièrement bénéficié aux 35-44 ans.

La mortalité automobiliste poursuit sa baisse en 2019 avec -1% par rapport à 2018. 1 622 automobilistes sont décédés en 2019 pour 1 637 en 2018 (-15 tués), parmi ceux-ci, on note 6 tués de moins chez les 45-54 ans, mais 21 tués de plus chez les jeunes de 18-24 ans.

La mortalité des usagers de poids lourds est en diminution de -18% en 2019 (-8 tués).

Mortalité des jeunes et des seniors en hausse

Les enfants et jeunes adultes âgés de 24 ans ou moins représentent désormais un peu moins d'un quart (22%) de la mortalité routière.

La mortalité des jeunes de 18-24 ans est en hausse de 9% en 2019 (+46 tués, soit un total de 549 jeunes tués). La mortalité des jeunes motocyclistes est en hausse avec 107 tués en 2019 (+16 %) après une baisse en 2018. La mortalité des jeunes adultes de 18-24 ans en véhicule de tourisme est en hausse de 21 tués en 2019 par rapport à 2018. Une augmentation est également relevée sur cette tranche d'âge concernant les véhicules utilitaires (+11 tués). Chez les jeunes de 0-17 ans, une baisse significative de ces tués est constatée en tant que piéton (-16 tués) et à bord d'automobiles (-12 tués).

La mortalité des personnes âgées de plus de 65 ans représente un peu plus d'un quart de la mortalité routière (26 %). Elle augmente de 1% en 2019, 849 personnes âgées de 65 ans ou plus ont été tuées en 2019 (soit +7 tués). La hausse des tués concerne les piétons avec +15 tués en 2019 par rapport à 2018.

Évolution de la mortalité routière dans les régions métropolitaines

Par rapport à 2018, la mortalité est en augmentation dans 6 régions avec une forte hausse en Auvergne-Rhône-Alpes (+16,8 %), suivi de l'Occitanie (+6,6 %), des Hauts-de-France (+4,9%), de la Corse (+3,4%), de Provence-Alpes-Côte d'Azur (+1,7%) et de la Normandie (+1,2 %).

À l'inverse, 7 régions métropolitaines présentent un bilan stable ou en baisse. La baisse la plus forte de la mortalité revient à l'Île-de-France (avec -13,3%), suivi du Centre-Val-de-Loire (-9,9%), du Grand Est (-6,4%), de la Nouvelle Aquitaine (-5,7%), la Bretagne (-4,5 %) et les Pays de Loire (-2,5 %).

Accidentalité en outre-mer en augmentation en 2019

La mortalité routière en 2019 s'est élevée à 254 tués (+5,8%) dont 162 morts dans les départements d'outre-mer et 92 tués dans les collectivités d'outre-mer et en Nouvelle Calédonie. Le nombre d'accidents et de blessés est en hausse plus forte avec chacun environ +9,2%.

La mortalité des 45-64 ans est en hausse (+22 tués en 2019 par rapport à 2018) ainsi que les seniors de 65 ans et plus (+13 tués). À l'inverse, une baisse des tués chez les 25-44 ans (-22 morts) vient partiellement compenser ces hausses.
La mortalité des automobilistes a fortement augmenté entre 2018 et 2019 de +20 tués. Elle représente toujours plus d'un tiers de l'ensemble des morts. Cette augmentation des tués est atténuée par une baisse concomitante des 2 roues motorisés (-10 tués essentiellement chez les motards).

Retrouvez le bilan dans son intégralité