Cliquez ici pour accéder à la version mobile

Le formateur d’enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière

Les formateurs d’enseignants de la conduite automobile et de la sécurité routière ont en charge la formation initiale des enseignants de la conduite automobile. Parallèlement, ils réalisent des actions de formation continue auprès de ces mêmes professionnels, des actions de prévention et de conseil en entreprises, en milieu scolaire et extra-scolaire.

Cette profession est ouverte aux enseignants de la conduite automobile et de la sécurité routière titulaires d’un diplôme d’État, le brevet d’aptitude à la formation des moniteurs d’enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur (B.A.F.M). 

Exemples de copies de l'épreuve de droit ayant obtenu une note égale ou supérieure à 14 sur 20 aux sessions 2015 et 2016

Exemples de copies de l'épreuve de réglementation de la circulation ayant obtenu une note égale ou supérieure à 14 sur 20 aux sessions 2015 et 2016

Exemples de copies de l'épreuve de psycho-pédagogie ayant obtenu une note égale ou supérieure à 14 sur 20 aux sessions 2015 et 2016

Attention : depuis la session 2014, l’épreuve écrite d’admissibilité du BAFM portant sur des éléments de droit civil, pénal et administratif et de législation des assurances et du travail est modifiée. 

 Cette modification porte sur les éléments suivants :

 Programme de l’examen : le périmètre du programme d’examen de cette épreuve a été redéfini par un arrêté du 28 avril 2014 modifiant l’arrêté du 23 août 1971 relatif au BAFM. Vous pouvez consulter ce nouveau programme à l'adresse suivante : lien légifrance

 Forme de l’épreuve : l’épreuve se présente désormais sous la forme d’un questionnaire de quatre questions à réponses courtes dont les modalités d’évaluation sont développées dans le guide de l’admissibilité.

 

Le brevet d'aptitude à la formation des moniteurs d’enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur (B.A.F.M.)

Si le B.A.F.M. n’est pas enregistré dans le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), en revanche il est assimilé à un niveau II (bac + 3) dans le secteur professionnel de l’enseignement de la conduite et de la sécurité routière.

De ce fait, il est reconnu pour l’accès au concours d’inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière (concours de la fonction publique de catégorie B) ainsi que pour l’accès à la formation initiale d’animateur de stages de sensibilisation à la sécurité routière destinés aux conducteurs  responsables d’infractions.

Modalités d’inscription à l’examen

Une session d’examen est organisée chaque année par arrêté du ministre en charge de la sécurité routière.

Le dossier d’inscription est à adresser à la préfecture du lieu de résidence du candidat. 

Toute demande de renseignements est à formuler auprès des services de l’État compétents (préfecture,  DDT,  DDTM ou DREIA-IF selon les départements).

Conditions requises pour l'inscription au BAFM

être titulaire du titre professionnel d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière ou du B.E.P.E.C.A.S.E.R., ou d’un diplôme équivalent, depuis plus d’un an à la date des épreuves d’admissibilité.

Certains candidats peuvent être dispensés des épreuves d’admissibilité sous réserve de remplir les conditions suivantes :

  • être titulaire du titre professionnel d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière ou du B.E.P.E.C.A.S.E.R (ou d’un diplôme équivalent) et d’un diplôme national sanctionnant un second cycle d’études supérieures (licence, maîtrise...)

ou

  • être titulaire du titre professionnel d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière ou du B.E.P.E.C.A.S.E.R (ou d’un diplôme équivalent) et justifier de cinq années d’enseignement, dans un établissement d’enseignement secondaire, général, agricole ou technique (ou supérieur).

Déroulement des épreuves de l’examen

Il est organisé en deux phases : admissibilité et admission.

L’admissibilité se déroule dans trois centres d’examen métropolitains (Bordeaux, Lyon, Paris) et dans certains départements d’outre-mer (Basse-Terre, Fort-de-France, Cayenne, Saint-Denis de la Réunion). La correction des épreuves écrites d'admissibilité et l'organisation des épreuves d'admission se déroulent sur un seul site.

Épreuves écrites d'admissibilité (décembre) 

  • une épreuve portant sur la réglementation de la circulation routière, coefficient 3,
  • une épreuve portant sur des éléments de droit civil, pénal et administratif et de législation des assurances et du travail, coefficient 1,
  • une épreuve portant sur des éléments de psychologie et de pédagogie, coefficient 2.

A l'issue de ces trois épreuves, les candidats ayant obtenu au moins 72/120 peuvent passer les épreuves d'admission. Toutefois, toute note inférieure à 7/20 à l'une quelconque des épreuves est éliminatoire. 

Épreuves orales et pratiques d'admission (mars)

  • leçon d'enseignement théorique, coefficient 2,
  • interrogation sur le véhicule automobile, coefficient 1,
  • critique d'une leçon de conduite, coefficient 3.

A l'issue de ces trois épreuves, les candidats ayant obtenu un total de points d'au moins 144/240, sans note inférieure à 7/20 à l'une quelconque des épreuves, sont déclarés admis.

En cas d'échec ou d'absence aux épreuves d'admission d'une session, les candidats conservent le bénéfice de leur réussite à l'admissibilité pour les deux sessions suivantes.

Préparation à l'examen

Les candidats peuvent se préparer au diplôme, soit en suivant un cycle de formation dans un organisme de formation, soit individuellement.
La liste des centres assurant la formation peut être obtenue auprès des organismes mentionnés au point 4. 
Le programme officiel de formation professionnelle est fixé par le ministre en charge de la sécurité routière. Chaque centre de formation élabore son propre programme et son plan de formation à partir de ce programme.

Les financements de la formation

Le coût des formations est très variable, selon les types de formation suivies (admissibilité et admission). Certains candidats obtiennent une prise en charge partielle ou totale de leur formation, d’autres candidats assurent eux-mêmes le financement.
Cas dans lesquels une prise en charge est susceptible d’être accordée :

  • Si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez obtenir un financement total ou partiel :
    • par le fonds social du Pôle Emploi
    • par l'ANFA – Association Nationale pour la Formation Automobile
    • par le FONGECIF de votre région 
    • par le conseil général de votre département 
    • par le fonds social européen
  • Si vous êtes salarié et si vous voulez vous perfectionner ou si vous voulez changer de profession, la formation peut être prise en charge par votre employeur dans le cadre de la formation continue :
    • par l'ANFA – Association Nationale pour la Formation Automobile
    • par le FONGECIF de votre région 
    • par l’État : contacter le Pôle Emploi
  • Si vous êtes profession libérale : 
    • par le fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux
  • Si vous êtes chef d'entreprise :
    • par l’association de gestion du financement de la formation des chefs d’entreprises

Données statistiques

Session 2014

Inscrits

Présents

Reçus

Taux de réussite

Session 2015

Inscrits

Présents

Reçus

Taux de réussite

Admissibilité

198

143

35

24.47

Admissibilité

175

127

21

16.53

Admission

263

171

33

19.30

Admission

244

149

31

20.80

Contacts

Partager

Ministère de l'intérieur