Prévenir le risque routier professionnel : une priorité pour l'État, pour la CNAMTS et pour les entreprises / Publications presse / Espace presse - Sécurité routière | Tous responsables
Cliquez ici pour accéder à la version mobile

Prévenir le risque routier professionnel : une priorité pour l'État, pour la CNAMTS et pour les entreprises

20 février 2012

Pour lutter contre ce risque, Jean-Luc Névache, délégué interministériel à la sécurité routière, Bertrand Deluard, John Healey et Cyril Titeux, présidents des trois secteurs du groupe Johnson & Johnson [[1er groupe mondial de santé, qui regroupe 118 000 collaborateurs dans 250 sociétés à travers le monde et intervient dans trois domaines d'activité majeurs : la pharmacie (Janssen), les dispositifs médicaux (MD&D) et les produits de soins (beauté, hygiène).]] en France, et Dominique Martin, directeur des risques professionnels à la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS), signent, ce lundi 20 février, une charte nationale de sécurité routière pour une durée de quatre ans.

Les accidents de la route sont la première cause de mortalité dans le cadre du travail, tant lors des trajets domicile-travail qu'à l'occasion des missions professionnelles avec 404 accidents mortels en 2010.

 
L'accord signé aujourd'hui prévoit de développer des actions de prévention du risque routier professionnel et de poursuivre celles mises en place depuis plus de 15 ans par les trois secteurs de Johnson & Johnson en France en faveur de leurs 4 000 collaborateurs, à travers le programme Safe Fleet [[Programme de formation, d'information et de sensibilisation au risque routier professionnel mis en place depuis 15 ans par le groupe Johnson & Johnson dans toutes ses filiales à travers le monde, comprenant une journée annuelle dédiée à la problématique.]] . Ces dernières années, les efforts se sont portés prioritairement sur la sécurité des collaborateurs en mission. Aujourd'hui, les sociétés du groupe souhaitent aller plus loin en sensibilisant l'ensemble de leurs salariés, qu'ils disposent d'une voiture de société ou qu'ils utilisent leur propre véhicule sur le trajet domicile-travail. 

Les objectifs poursuivis sont essentiellement de :

 

  • protéger leurs salariés, leurs familles et leurs clients des accidents de la route,
  • améliorer la conduite et le comportement des conducteurs par l'éducation, la prise de conscience, la formation et la mise en 'uvre de programmes spécifiques,
  • promouvoir la conduite responsable, les pratiques de conduite prudente et les normes de sécurité qui contribuent au développement durable,
  • développer toutes formes d'actions tendant à prévenir les accidents du travail sur la route.

 

Depuis le mois de janvier 2012, les trois secteurs français du groupe ont lancé le programme PRESCOR (PRogramme d'Evaluation et de Sensibilisation des COnducteurs à Risque) qui permettra d'identifier les situations de risque pour mener des actions spécifiques de prévention.
 

Les trois secteurs de Johnson & Johnson en France, s'engagent également à étudier les pistes de prévention suivantes :  

  • meilleure gestion des déplacements pour éviter les situations à risque,
  • bon équipement des véhicules professionnels, notamment en attachant une attention très particulière aux dispositifs de sécurité indispensables : 

ABS (Antiblockersystem), ESP (Electronic Stability Program), radar de recul, limiteur de vitesse, antibrouillard, GPS (Global Positioning System), FAP (Filtre A Particules), climatisation et entretien régulier,
 

  • mise en place de procédures limitant l'usage de moyens de communication lors des déplacements (exclusion de l'usage du téléphone portable, y compris en kit main libre, pendant la conduite),
  • formations obligatoires pour les conducteurs de véhicule de société afin de leur permettre une conduite dans les meilleures conditions de sécurité et d'efficacité.

  

L'Etat et la CNAMTS, de leur côté, assureront une aide à la mise en 'uvre de cette charte à travers différents outils (données statistiques, études, informations, site Internet, etc.) et la création d'un comité de suivi.
 

Ministère de l'intérieur