Cliquez ici pour accéder à la version mobile

Conseil National de sécurité routière

02 décembre 2003

Le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) qui s'est réuni en séance plénière le 2 décembre, se félicite de l'installation des radars automatiques qui marque un véritable tournant dans le contrôle des limitations de vitesse. Il engage le Gouvernement et la délégation interministérielle à poursuivre cette politique courageuse en refusant de céder aux différentes pressions qui n'ont pas manqué de se faire sentir.

Le Conseil National rappelle qu'en aucun cas il ne s'agit d'appliquer une politique de répression dont le but caché serait d'alimenter les caisses de l'Etat, mais bien de continuer à lutter contre une violence routière, qui tue encore plus de 6 000 personnes par an, dont beaucoup de jeunes gens et de jeunes filles de moins de 25 ans.

  

La vitesse excessive et l'alcool restant aujourd'hui encore les deux causes majeures d'accident, le CNSR souhaite que la politique engagée en matière de contrôles soit non seulement poursuivie mais même amplifiée. Il appelle également à une poursuite de l'action dans les domaines de l'éducation et de l'information, qui doivent contribuer de manière décisive à la responsabilisation de chacun.

  

Le Conseil National a décidé de lancer une enquête d'évaluation des mesures appliquées depuis un an et demi. Il fera connaître les résultats de cette enquête et ses propositions d'ici la fin du premier trimestre 2004.

 

Le CNSR, présidé par M. Robert NAMIAS, compte parmi ses membres Madame Bernadette CHIRAC, Monsieur Rémy HEITZ, Délégué interministériel à la Sécurité Routière, Madame Christiane CELLIER, des parlementaires et des représentants des services de l'Etat, d'associations d'usagers et de victimes de la route et de l'industrie automobile.

Mots-clés : Politique
Ministère de l'intérieur