Cliquez ici pour accéder à la version mobile
Retour à toutes les actualités

Comité des études de la Délégation à la sécurité routière : la conduite autonome

Partager

08/12/2017 | Le véhicule autonome reste encore un défi pour les chercheurs qui à terme veulent supprimer l’interférence homme/machine
Comité des études de la Délégation à la sécurité routière : la conduite autonome

Après la journée Santé et sécurité routière, l’Observatoire a ouvert son comité des études, à tenue mensuelle, à un public élargi concerné par la thématique de la conduite autonome. Les ministères de l'Économie et des Finances, de la Transition écologique et solidaire, de l'Intérieur et les services du Premier ministre ont présenté les différents aspects du plan d’action mis en œuvre dans le cadre du plan Nouvelle France industrielle « Véhicule autonome ». Déjà 46 demandes de tests été déposées en France tant pour les voitures que pour les navettes autonomes. L’accélération du processus d’automatisation et de connectivité des véhicules s’explique avec les sorties de textes permettant les expérimentations au moment où l’administration prend le relai des industriels.
Cette journée appréciée par un grand nombre des participants, issus des milieux institutionnel, industriel et associatif et de la recherche a permis de débattre tant des mesures préconisées en termes d’homologation des véhicules que de sécurité routière et de cybernétique.
L’évolution technique devrait avoir un rôle sur la baisse des accidents mais n’augure pas du comportement des conducteurs. L’insécurité des usagers vulnérables restera un problème car la conduite pourra-t-elle se passer des capacités créatrices du conducteur quand le parc automobile sera entièrement renouvelé ? La période de transition sera longue et limitera les effets du véhicule autonome ou connecté dont on ne projette actuellement que les effets positifs, sans pouvoir évaluer les incidences réelles tant positives que négatives.

Retour à toutes les actualités
Ministère de l'intérieur