Cliquez ici pour accéder à la version mobile

L'airbag moto les a protégés

Vous aussi partagez votre expérience, témoignez ici

Motards, scootéristes, vos expériences comptent et peuvent faire la différence pour aider à sensibiliser les internautes. Vous avez été victime d'accident de la route à deux-roues motorisés, protégé efficacement par vos équipements ou blessé par absence de protection, racontez votre histoire.
* Champs obligatoires
Tous les champs obligatoires doivent être remplis.
Format d'email incorrect.

Ivan

Le gilet se gonfle et évite encore une fois à ma tête de toucher le sol

"En prenant l’entrée d’autoroute pour aller vers Strasbourg, je suis une voiture et ne vois pas une plaque de verglas de 3m en plein milieu du virage. Là encore, je perds l’avant et je ne peux rien faire. Je glisse cette fois-ci sur 5 à 10m environ. Le gilet se gonfle et évite encore une fois à ma tête de toucher le sol. Je m’arrête 1m avant la glissière de sécurité et me relève instantanément pour aller chercher la moto qui a rebondi sur la glissière et s’est immobilisée sur la voie de gauche […]. Je détache l’airbag parce que je me sens un peu comprimé. Bilan : une douleur à la cheville gauche qui s’est pris la moto et ses 260kg. Et c’est tout… Evidemment, j’aurais quelques courbatures le lendemain, suite à la crispation durant la chute, mais je suis indemne. La cheville est légèrement foulée, les bottes de route n’étant pas très rigides…

Bilan, je suis hyper satisfait de mon gilet airbag. Il évite que le blouson ou la veste ne remonte lors d’une glissade et donc les brûlures. Il absorbe très bien les chocs et s’est montré très résistant lors de mes 2 chutes. Il est suffisamment léger pour ne pas être gênant, ni à moto, ni à cheval. Il ne faut juste pas oublier de l’attacher en montant et de le détacher en descendant. Mais je me suis tout de suite mis en tête que c’était comme la ceinture de sécurité en voiture et que ça devait devenir un geste réflexe. D’ailleurs, si je ne porte pas le gilet, j’ai l’impression qu’il me manque quelque chose… je parle du produit à tous ceux à qui je raconte mes aventures et même au policier motard qui est intervenu sur la dernière chute.

Le prix de l’airbag n’est rien en comparaison du coût d’une journée d’hôpital, où du coût d’une vie, si l’on peut parler comme ça."

Ministère de l'intérieur