Cliquez ici pour accéder à la version mobile

À deux-roues ils ont chuté

Vous aussi partagez votre expérience, témoignez ici

Motards, scootéristes, vos expériences comptent et peuvent faire la différence pour aider à sensibiliser les internautes. Vous avez été victime d'accident de la route à deux-roues motorisés, protégé efficacement par vos équipements ou blessé par absence de protection, racontez votre histoire.
* Champs obligatoires
Tous les champs obligatoires doivent être remplis.
Format d'email incorrect.
Mélanie

Mélanie P.

(Paris)

J’ai eu un accident de scooter. Assez grave pour que je reste handicapée à vie.

Je m’appelle Mélanie et j’ai eu un accident de scooter. Assez grave pour que je reste handicapée à vie.

Pour vous qui allez prendre la route dans un instant, il est encore temps de vérifier si vous êtes suffisamment équipé. Voilà pourquoi j’aimerais vous raconter ce qui s’est passé.

Ce jour-là, il y a une belle averse estivale. En plus de mon casque bol, je porte une veste en cuir, un jean et des bottes en daim. Je grimpe sur mon Moby vintage et je démarre… Je ne me souviens plus du moment du choc. Je me retrouve à terre, le casque d'un côté, ma mobylette de l'autre, je veux me lever, un passant m'en empêche. Dans la glissade, ma jambe a été écrasée entre la pédale de ma mobylette et ce 4x4 qui me paraît immense vu du sol.

Je ne fais que parler, de peur de sombrer dans le coma. Je sens le sang couler sur ma joue. J'entends les sirènes. Un pompier découpe mon jean et ma botte. Je râle car elles étaient neuves. Je parviens même à blaguer mais très vite la douleur me submerge et je reçois la première d’une longue série
d’injections de morphine. Un chirurgien essaie à plusieurs reprises de réduire mes fractures avant que j’entre au bloc. Après 5H30
d'opération et 2h en salle de réveil, on m’installe dans une chambre : j’ai 7 de tension, on me perfuse deux poches de sang. En plus du tibia cassé en plusieurs endroits, ma cheville est en miettes. Ma jambe a été raccourcie de 2
cm.

Aujourd’hui, après une nouvelle opération, ma cheville est définitivement bloquée car la perte du cartilage est irrémédiable. Je marche avec une béquille et une talonnette. Impossible de reprendre mon métier de restauratrice. Je dois apprendre à vivre avec mon handicap et je ne peux pas m’empêcher de penser qu’un bon équipement aurait pu changer la donne. Mais peut-être que je le vivrais mieux si vous, au moins, vous êtes bien protégé.

Motards, scootéristes, équipez-vous ! Testez le niveau de protection de vos équipements.

Ministère de l'intérieur