Cliquez ici pour accéder à la version mobile

À deux-roues ils ont chuté

Vous aussi partagez votre expérience, témoignez ici

Motards, scootéristes, vos expériences comptent et peuvent faire la différence pour aider à sensibiliser les internautes. Vous avez été victime d'accident de la route à deux-roues motorisés, protégé efficacement par vos équipements ou blessé par absence de protection, racontez votre histoire.

* Champs obligatoires
Tous les champs obligatoires doivent être remplis.
Format d'email incorrect.

Emeline M

Notre accident a nécessité l'intervention de trois casernes de pompier plus le Samu, des tentes pour les premiers soins sur place et une équipe de la gendarmerie.

Notre accident a nécessité l'intervention de trois casernes de pompier plus le Samu, des tentes pour les premiers soins sur place (à cause du temps) et une équipe de la gendarmerie (pour bloquer les voies de circulation dans les deux sens).

C'était un samedi en septembre 2006, ce jour là nous étions partis moi et mon conjoint voir mon frère hospitalisé dû à un accident de moto 5 jours auparavant. Au retour de notre visite, nous nous dirigeons chez mes parents pour donner des nouvelles de mon frère et c'est là qu'une voiture a fait un aquaplaning dans un virage très dangereux et s'est mise en "crabe" sur notre voie de circulation. Nous étions à 150m de chez mes parents lorsque c'est arrivé. J'ai vu la voiture venir sur nous et bizarrement j'ai serré très fort mon copain comme si je me préparais au choc... Ensuite le grand trou noir.

Lorsque je me suis "réveillée", une très grosse pression m’empêchait de respirer, je ne le sais pas encore mais je viens de me faire 15m de vole puis je me retrouve coincée sous la voiture jusqu'à la poitrine (le pare-choc avant me compresse la poitrine), j'ai la main droite coincée aussi sous une roue et je souffre d'une double fracture ouverte du tibia péroné. La dame responsable de l'accident est toujours dans sa voiture, il a fallu attendre que celle-ci soit désincarcérée pour que je puisse être prise en charge par les pompiers. La conductrice a été légèrement blessée (quelques contusions). Le plus grièvement blessé, c'est mon conjoint, il souffre de multiples fractures malgré un équipement adapté, (il est resté "collé" à sa moto pendant le choc) il a été mis dans un coma artificiel avant d'être conduit au CHU car trop de blessures. Au total, il a eu 13 fractures (omoplates, deux genoux, le fémur, le pied, la rate, le poignet...).

Aujourd'hui, il souffre d'un handicap, (il n'a plus de nerf au pied gauche qui permet de le relever) il a donc une attelle, il souffre de douleur de temps en temps aux poignets et aux genoux. Quant à moi, malgré le fait que je m'en tire avec beaucoup moins de dégât que mon conjoint, je souffre toujours régulièrement d'atroce douleurs au tibia. Il nous a fallu de nombreuses années pour nous remettre de cet accident qui nous a détruits psychologiquement et physiquement pendant longtemps.

Lorsque tout aller mieux j'avais cette envie plus que tout de remonter sur une moto, mon conjoint lui ne voulait plus, j'ai donc passé mon permis moto... Quelques mois plus tard, petit accident qui m'a valu un traumatisme du tibia mais cette fois de l'autre côté ! C'est décidé cette fois-ci la moto, c'est fini !

Ministère de l'intérieur