Cliquez ici pour accéder à la version mobile

À deux-roues ils ont chuté

Vous aussi partagez votre expérience, témoignez ici

Motards, scootéristes, vos expériences comptent et peuvent faire la différence pour aider à sensibiliser les internautes. Vous avez été victime d'accident de la route à deux-roues motorisés, protégé efficacement par vos équipements ou blessé par absence de protection, racontez votre histoire.
* Champs obligatoires
Tous les champs obligatoires doivent être remplis.
Format d'email incorrect.

Alain Comte

Je ne roulais vraiment pas vite, mais ça a suffi à me brûler tout le dessus de la main et une partie de l'avant-bras.

Bonjour chers deuxroutistes.

Ça s'est passé il y a 14 ans, quand j'en avais à peine 18. J'ai toujours mis mon équipement complet sur mon 50cc, été comme hiver. Casque, gants, chaussures et veste en cuir. Je mettais tout ça sur un 50, oui... pas besoin d'avoir un plus gros moteur pour se faire mal en tombant.

Ce jour-là, je suivais une voiture à distance raisonnable, et à faible vitesse (~20km/h). Le conducteur s'est alors arrêté net pour laisser passer un chien. À ce moment-là je me trouvais dans la fin d'un virage, et j'ai pris les freins pour ne pas lui rentrer dedans (4 roues, ça freine beaucoup plus vite que 2). Le problème est que je me trouvais alors en plein sur un passage piéton. La roue avant est partie et je me suis retrouvé parterre, la jambe coincée sous ma bécane. Le guidon est tombé sur la paume de ma main, dont l'extérieur a râpé le goudron pendant toute ma glissade.

Je ne roulais vraiment pas vite, mais ça a suffi à me brûler tout le dessus de la main et une partie de l'avant-bras, m'arracher un ongle du pied, casser ma montre dont le verre m'a entaillé le poignet, et arraché la chair au niveau du genou et du coude. J'ai fini ma course en frappant le pare-choc arrière de la voiture, en lui criant de ne pas reculer.

Évidemment, c'était le premier (et le seul) jour où je n'avais mis ni veste, ni gants, ni jeans, ni chaussures en cuir. J'étais en short, en t-shirt et en baskets.

14 ans plus tard, j'ai encore des souvenirs : une cicatrice ronde aussi large qu'un rouleau de scotch, une autre sur l'extérieur du poignet de la taille d'une pièce de deux euros, et une grosse balafre en creux sur le côté du genou. C'est tout ce que m'a laissé cette chute. Si j'avais pris le temps de mettre mon équipement habituel, au lieu de me dire "c'est bon, je vais juste à côté" ; je n'aurais rien gardé de tout ça, et je n'aurais même pas croisé cette voiture.

Motards, scootéristes, équipez-vous ! Testez le niveau de protection de vos équipements.

Ministère de l'intérieur