Cliquez ici pour accéder à la version mobile

En roulant à 80 km/h plutôt qu'à 90 km/h, il peut arriver que l'on gagne du temps. » Vrai ou faux ?

VRAI

Une étude réalisée par le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) en janvier 2019 a permis de constater que les trajets ont été plus rapides pour 34 % d'entre eux (étude basée sur l'observation de 44 millions de passages de véhicules) après le passage à 80 km/h.
Si l'on étudie l'ensemble des parcours effectués, c'est en moyenne un allongement de durée d'une seconde par kilomètre qui a été observée.

Les itinéraires étudiés concernaient surtout des trajets pendulaires (c’est-à-dire des trajets quotidiens entre le domicile et le travail) mais aussi certains trajets en journée ou le samedi. Ils comportent un minimum de 70% de routes bidirectionnelles hors agglomération limitées à 80 km/h.
La méthodologie retenue permet d'étudier l'évolution du temps de parcours « avant » et « après » la mesure, et d’estimer globalement la différence de temps de trajet avec un large panel d’itinéraires concernés par la mesure et répartis sur l’ensemble du territoire français.
En moyenne, sur l’ensemble des itinéraires étudiés, les résultats mettent en évidence une perte de temps de parcours à partir du 1er juillet 2018 de l’ordre de la seconde au kilomètre sur un trajet pendulaire (temps perdu moyen journalier en semaine).
Entre juin 2018 et septembre 2018. Il s’avère que :
==> 66 % des itinéraires totaux présentent une perte de temps sur ces itinéraires, mais de maximum une seconde au kilomètre dans plus de la moitié des cas ;
==> le temps de parcours est réduit pour 34 % des itinéraires.
Très peu d’itinéraires affichent un allongement de temps de parcours au-delà de 2 secondes au kilomètre (12% du total).

Partager

Ministère de l'intérieur