Cliquez ici pour accéder à la version mobile

La ceinture de sécurité

Partager

Un geste vital pour se protéger. Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire, pourtant, le réflexe de boucler sa ceinture que l’on croyait définitivement acquis en 40 ans, ne l’est pas pour l’ensemble des Français. En 2016, 20% des personnes tuées dans un véhicule (tourisme, utilitaires, poids lourds) ne portaient pas de ceinture. Boucler sa ceinture de sécurité, c’est un geste qui sauve des vies.

Ce qu'il faut savoir

Mettre sa ceinture c'est se protéger et protéger les autres

En cas d’accident, un passager non attaché sera propulsé contre le siège avant. Il met non seulement sa vie en danger, mais aussi celle des passagers avant.

La ceinture est indispensable pour les petits déplacements

Encore 6% des conducteurs et 11% des passagers avouent ne pas mettre leur ceinture de sécurité pour les petits trajets. Pourtant, 75% des accidents mortels surviennent à proximité du domicile.

1 personne = 1 ceinture

La ceinture de sécurité n’est efficace qu’à raison d’une seule personne par place.

L’abus d’alcool favorise le fait de ne pas s’attacher

Le défaut de port de la ceinture est particulièrement élevé parmi les occupants de véhicules dont le conducteur est alcoolisé : en 2016, 38 % des personnes tuées dans ces conditions étaient alcoolisées.

Savez-vous boucler votre ceinture ?

Les conseils d'Anne Guillaume

Médecin et professeure agrégée. Directrice du LAB, laboratoire d'accidentologie, de biomécanique et d'études du comportement humain (fondé par PSA et Renault en 1969).

 

« En retenant les personnes attachées, la ceinture les empêche d’être projetées sur le pare-brise ou d’être éjectées du véhicule. » 

Pas de vêtement trop épais

La sangle ventrale de la ceinture de sécurité doit être portée très bas afin qu’elle s’appuie sur les ailes iliaques du bassin, une partie du corps très résistante. En cas de choc, une couche trop épaisse de vêtements peut provoquer un « sous-marinage » : le corps glisse sous la sangle basse et déplace celle-ci sur l’abdomen avec un risque de graves lésions internes en cas de trop forte compression. 

Pas de pieds sur le tableau de bord

En cas de choc, la pose des pieds sur le tableau de bord accentue le sous-marinage. Le corps glisse sous la ceinture tandis que l’explosion de l’airbag projette violemment les jambes de la personne sur son visage, provoquant de graves lésions.

Pas de siège incliné à plus de 110°

Il y a du danger à voyager sur un siège trop incliné. En cas de choc, le passager trop allongé peut glisser sous sa ceinture ventrale, sortir de son siège et heurter les structures de l’habitacle sur lequel il est projeté. 

Bien régler son appui-tête

La tête et le cou sont les parties les plus exposées et les plus fragiles en cas d’accident. L’appui-tête doit être parfaitement ajusté pour protéger la boîte crânienne et empêcher que la nuque se brise.

Bien positionner sa ceinture à mi-épaule

La ceinture retient avec la sangle ventrale le bassin mais aussi le thorax du passager avec la sangle latérale. Une ceinture mal positionnée à mi-épaule peut entraîner une sortie du siège et de nombreux traumatismes après avoir heurté les structures de l’habitacle.

Bien accrocher sa ceinture

Les dispositifs de retenue d’aujourd’hui sont équipés d’un prétensionneur, un dispositif qui se déclenche en cas de choc et qui tire la ceinture vers l’arrière plaquant le corps contre le dossier du siège. En accrochant sa ceinture, il faut donc tirer sur le baudrier pour tendre ce prétensionneur.

Boucler sa ceinture, un réflexe pour les enfants

Le conseil d'Elliot le Pilote.


Comment installer correctement les enfants dans un dispositif de retenue

Connaître les règles

Pour en savoir plus sur les règles liées à la ceinture, cliquez ici.

Partager

La ceinture de sécurité

Partager

Ministère de l'intérieur