Cliquez ici pour accéder à la version mobile

Questions fréquentes

Une nouvelle signalisation à destination des cyclistes

Les nouveaux modes de déplacement entraînent dans la circulation urbaine d'importantes mutations. Une nouvelle signalisation permet désormais aux maires d'autoriser les cyclistes, dans certains carrefours, à tourner à droite ou à aller tout droit lorsqu'il n'y a pas de voie à droite alors que le feu est rouge, en respectant la priorité accordée aux autres usagers, et principalement aux piétons.

Cette possibilité ressort des dispositions de l'arrêté du 12 janvier 2012, paru au journal officiel du 27 janvier, qui a créé cette nouvelle signalisation.

La mesure donne aux maires la possibilité, dans le cadre de leur politique locale de circulation, d'ajouter aux feux tricolores, sur certains itinéraires et à des intersections choisies présentant toutes les conditions de sécurité, une signalisation destinée exclusivement aux cyclistes autorisant le "tourne-à-droite" ou le "tout droit".

Cette nouvelle signalisation est composée de panonceaux (petits panneaux placés sous un feu) ou de feux jaunes clignotants qui montrent une silhouette de vélo et indiquent par une flèche la direction autorisée.

signalisation_cycliste

Qu'autorise la nouvelle signalisation pour les cyclistes ?

Ces panonceaux ou ces feux, implantés sur décision du maire, autorisent les cyclistes soit à tourner à droite, soit à poursuivre tout droit à un feu rouge lorsqu'il n'y a pas de voie à droite. Le cycliste doit effectuer ce mouvement avec prudence : il doit laisser passer les piétons -au besoin en s'arrêtant- et s'engager dans le carrefour en laissant la priorité aux autres véhicules qui passent au vert.

Pendant le feu rouge, seule la direction indiquée est autorisée : en aucun cas le cycliste ne peut continuer tout droit lorsque le panneau indique la possibilité de tourner à droite.

En l'absence d'indications spécifiques portées par la signalisation, l'arrêt au feu rouge ou orange est bien évidemment impératif.

À partir de quand la mesure sera-t-elle effective ?

L'application de la mesure nécessite une décision du maire et la mise en place d'une signalisation. La mise en place de la signalisation est possible dès le 28 janvier 2012, lendemain de la parution au journal officiel de l'arrêté créant le panonceau et le feu additionnel.

La nouvelle signalisation va pouvoir être progressivement déployée à des intersections choisies sur certains itinéraires présentant toutes les conditions de sécurité.

Les collectivités locales sont-elles dans l'obligation de mettre en place le "tourne à droite" ?

La mise en place de cette mesure n'est absolument pas une obligation pour les collectivités locales.

Ce sont les maires (ou les présidents de conseils généraux pour la voirie départementale) qui, en fonction de leur politique de déplacement et d'organisation de l'espace public, ont le libre choix de mettre en place ou non le "tourne-à-droite" sur les carrefours présentant toutes les conditions de sécurité.

Si la collectivité locale prend une telle décision en faveur des cyclistes, elle doit alors utiliser cette nouvelle signalisation.

Pour les cyclistes, l'autorisation de tourner à droite, ou de poursuivre tout droit en l'absence de voie à droite, à un feu rouge n'est donnée qu'en présence de la nouvelle signalisation.

Le "tourne à droite" cycliste est une pratique déjà en vigueur aux Pays-Bas. En France, le dispositif est expérimenté avec succès depuis plus de deux ans à Strasbourg et Bordeaux, et également déployé à Nantes depuis près d'un an.

Est-il prévu d'installer la nouvelle signalisation à chaque feu tricolore ?

Non, la mesure n'est ni automatique, ni systématique.

Les cyclistes ne pourront franchir un feu rouge ou orange qu'en présence de la nouvelle signalisation.

La nouvelle signalisation n'a pas vocation à être installée à chaque feu tricolore. La mise en place de l'autorisation pour les cyclistes, de passer au feu rouge pour tourner à droite ou pour poursuivre tout droit, et de la signalisation associée, n'est pas automatique. C'est le maire (ou le président du conseil général pour la voirie départementale) qui décide de l'instaurer ou non, pour les cycles sur certains itinéraires, à des intersections choisies après un examen permettant de garantir toutes les conditions de sécurité de la circulation des cycles, mais aussi des piétons.

La nouvelle signalisation permet-elle également au cycliste de passer au feu rouge pour aller tout droit ?

Non. Le "tourne-à-droite" ou la possibilité de continuer "tout droit" au feu rouge n'est autorisé qu'en présence de la signalisation spécifique. Il demeure strictement obligatoire d'observer l'arrêt au feu rouge sur l'ensemble des intersections ne mentionnant pas l'autorisation.

Le "tourne-à-droite" n'autorise jamais à aller tout droit.

Toute infraction pour franchissement de feu rouge est passible d'une amende de 4ème classe, soit 135euro.

Toute infraction à la règle du "cédez-le-passage" est également passible d'une amende de 4ème classe, soit 135euro.

Pourquoi ne pas également autoriser, dans certains cas, les cyclistes à dépasser le feu rouge pour tourner à gauche ?

Le "tourne-à-droite" et le "tout droit" ont fait l'objet d'expérimentations qui ont confirmé que ce mouvement peut se faire sans problème de sécurité pour la circulation. En revanche, le cycliste qui veut tourner à gauche dans un carrefour est susceptible de rencontrer un flux de circulation qu'il ne peut traverser sans exposer sa sécurité.

Ce mouvement pour aller à gauche sans la protection du feu vert ne peut donc pas être autorisé.

L'autorisation pour les cyclistes de passer au feu rouge n'est-elle pas dangereuse ?

Pour rappel, cette possibilité de ne pas être tenu de s'arrêter alors qu'un feu est rouge existe déjà lorsqu'elle s'adresse à l'ensemble des usagers. Elle est alors indiquée par une flèche jaune clignotante pointée dans la direction autorisée.

L'expérimentation du "tourne-à-droite cycliste", menée dans plusieurs villes de France sur des carrefours choisis, a apporté des résultats positifs et a démontré que, dans des configurations sécurisées, cette pratique ne présentait pas de danger particulier, ni pour les cyclistes, ni pour les autres usagers.

La mise en place de la nouvelle signalisation ne sera envisagée que sur des intersections où elle n'est pas susceptible de présenter de risque pour les usagers.

Le "tourne-à-droite" ne remet pas en question l'importance des feux tricolores et tout l'enjeu en termes de sécurité routière attaché au respect de son signal, et en particulier au respect de l'obligation d'arrêt au feu orange et rouge.

Les feux tricolores doivent impérativement être respectés par tous les usagers.

Quel est l'intérêt de cette autorisation ?

L'objectif premier est de rendre la circulation du cycliste en ville plus facile et sûre. C'est donc un outil supplémentaire au service des politiques de déplacements menées par les collectivités locales.

Elle permet de réduire le nombre de situations inconfortables, voire dangereuses, dans lesquelles le cycliste se trouve dans l'angle mort des autres véhicules motorisés au moment du démarrage.

Il reste cependant indispensable, pour les cyclistes autorisés à passer au feu rouge, d'aborder l'intersection avec prudence et de respecter et laisser passer -au besoin en s'arrêtant- les piétons qui traversent ou veulent traverser.

La présence d'une autorisation de dépasser le feu rouge pour tourner à droite ou continuer tout droit rend-elle le cycliste prioritaire ?

Non. L'autorisation ne modifie pas l'ordre de passage des usagers de la route.

À quoi servent les feux tricolores si certaines catégories d'usagers peuvent s'en affranchir ?

La nouvelle signalisation ne remet pas en question l'importance des feux tricolores qui gèrent l'écoulement de flux automobiles et constituent ainsi un élément indispensable de sécurité, de gestion des conflits entre les différents courants de circulation et de régulation du trafic routier.

Le "tourne-à-droite" ne remet pas en question l'importance des feux tricolores, primordiaux pour organiser en sécurité la circulation des différents usagers.

Pour rappel, cette possibilité de ne pas être tenu de s'arrêter alors qu'un feu est rouge existe déjà lorsqu'elle s'adresse à l'ensemble des usagers. Elle est alors indiquée par une flèche jaune clignotante pointée dans la direction autorisée.

La nouvelle signalisation concerne-t-elle également d'autres deux-roues (cyclomoteurs, motocyclettes) ? Pourquoi ?

Non, la nouvelle signalisation concerne uniquement les cyclistes. Elle ne s'applique en aucun cas aux conducteurs de véhicules à moteur (deux-roues motorisés, voitures...).

L'autorisation, pour l'ensemble des véhicules de poursuivre leur route lorsque le feu est rouge, existe déjà avec le système de la "flèche jaune".

Le cycliste est parmi les usagers les plus vulnérables. Aussi existe-t-il déjà des chemins et des signalisations qui lui sont propres. La nouvelle signalisation s'inscrit dans cette logique.

Il a cependant l'obligation de respecter le principe de prudence à l'égard des piétons en s'arrêtant pour les laisser passer, y compris dans les intersections où la signalisation lui donne la possibilité de franchir le feu alors qu'il est orange ou rouge.

Que faire si le feu tricolore est en panne ?

Si le feu est en panne, le panonceau n'a plus donc plus de signification. C'est alors la règle générale en termes de priorité qui s'applique.

Ministère de l'intérieur